Aller au contenu principal

Accueil

Biographie

Ses origines

Né le 6 avril 1944, à Jonville en Woëvre, il reste très attaché à cette petite commune où il a passé son enfance dans la ferme familiale. Il quittera cependant cette terre qu’il aime tant pour poursuivre sa formation au Lycée Technique de Vauban à Verdun puis au Lycée Roosevelt de Reims et obtenir le Brevet d’enseignement industriel. Il devient par la suite professeur d’enseignement technique dans le même Lycée où il a fait ses classes à Verdun.

Son parcours militant et politique

Jean-Louis Dumont s’engage très tôt comme militant, d’abord dans un syndicat, avant de rejoindre le Parti Socialiste. Il décide de poursuivre son investissement et devient, en 1971, conseiller municipal dans sa ville natale de Jonville en Woëvre. Il décide ensuite de s’investir dans la vie politique de Verdun, commune où il réside et a décidé d’installer sa famille. En 1977 il rentre au conseil municipal où il a toujours siégé depuis, tantôt dans l’opposition, tantôt dans la majorité. Tout d’abord adjoint au maire de 1977 à 1983, il devient maire de Verdun de 1989 à 1995. Souhaitant aller plus loin dans son action auprès des meusiens, Jean-Louis Dumont se présente à la députation et entre à l’Assemblée Nationale en 1981. Il a été réélu à six reprises (1986, 1988, 1997, 2002, 2007 et 2012), n’étant battu qu’une seule fois en 1993. Dans le cadre de son mandat il est membre de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale et vice-président du groupe d’amitié France-Azerbaïdjan.

Ses engagements pour l’économie et le logement social

Jean-Louis Dumont est membre du Conseil Économique et Social de 1993 à 1997. En tant que vice-président de la section « cadre de vie » il est l’auteur d’un rapport sur le Foncier Urbain. L’enjeu que représente à ses yeux le logement social l’amène à présider une coopérative d’accession à la propriété de 1994 à 2012. C’est grâce cette longue expérience de terrain qu’il est élu en novembre 2012, président de l’Union sociale pour l’habitat, qui réunit les fédérations du mouvement Hlm et se veut leur porte-parole auprès des pouvoirs publics. Il préside également depuis septembre 2012 le Conseil Immobilier de l’État, cet organe consultatif veillant sur la bonne utilisation du patrimoine de l’État et de ses opérateurs.

4 Commentaires Poster un commentaire
  1. WYWIORKA #

    Bonjour Monsieur le Député,
    Mardi 10 Mars doit avoir lieu à l’Assemblée Nationale le vote concernant la transition énergétique. Notre Président Monsieur Hollande doit tenir ses engagements de campagne électorale concernant cette transition.
    Entre autres,la part du nucléaire doit être réduit.

    07/03/2015
  2. phil #

    Bonjour Monsieur le Député,
    NON au compteur linky qui va être voté, mauvais pour la santé ,la vie privé, le porte-monnaie du consommateur, des pays étranger l’on déjà refusé.

    19/05/2015
  3. Bonjour,

    Monsieur le Député,

    En date du 13 Mars 2015, une lettre et un projet associé (P.P.L.V.) envoyés à votre président de groupe parlementaire, ont été adressés à tous les députés apparentés à sa famille politique.
    Comme pour les autres responsables de groupes élus, désignés pour écouter et représenter le peuple, j’ai sollicité votre président pour diffuser et soumettre intégralement à tous ses députés, pour lecture, étude, avis et soutien éventuel, cette lettre et son projet humanitaire. ( liste de soutien demandée)
    Dans la mesure où vous adhérez à la création d’un lien rapprochant les êtres humains, si vous souscrivez à une prise de conscience collective des êtres humains sur l’importance de l’environnement et si la protection de la vie sous toutes ses formes vous interpelle, monsieur le Député, votre avis m’intéresse…
    Est-il possible que votre président ait « oublié » de vous transmettre l’information ?
    Merci de bien vouloir m’en informer.

    Amicalement…
    Un citoyen Français…
    Pierre DEL VALLE
    Tél : 04 67 26 42 01 ou 06 82 08 11 88

    11/06/2015
  4. durand benoit #

    Deux députés enfumés par Philip Morris
    Charles-de-CoursonLe centriste Charles de Courson et le socialiste Jean-Louis Dumont proposent un amendement qui avantage le fabricant de Marlboro. Et fait perdre 120 millions d’euros à l’Etat.

    A l’Assemblée nationale, l’industrie du tabac a toujours de belles entrées. Les discussions pour le projet de loi de finances de 2015 ont débuté la semaine dernière. Et les débats publics commencent jeudi matin dans l’hémicycle. Deux députés, de l’opposition et de la majorité, ont déposé exactement le même amendement pour modifier la fiscalité sur les cigarettes. Le socialiste Jean-Louis Dumont et le centriste Charles de Courson, souhaitent limiter les taxes sur le tabac alors qu’elles doivent augmenter au 1er janvier prochain. Concrètement, ce texte conduit à ce qu’une partie des taxes sur le tabac n’augmente plus mécaniquement avec la hausse des prix.

    La semaine passée, le député socialiste élu de la Meuse s’était déjà vu refuser en commission sa proposition par la rapporteure du Budget, la députée PS Valérie Rabault. “Votre amendement avantagerait certaines marques de tabac par rapport à d’autres” avait-elle lancé à Jean-Louis Dumont. En clair, il réduirait la fiscalité pour le géant Philip Morris sans agir sur celle de ses concurrents. Selon l’un d’entre eux, le manque à gagner pour l’Etat serait de 120 millions d’euros!

    “Les lobbys jouent leur rôle”
    Cette proposition “garantira une meilleure protection des recettes fiscales de l’Etat des politiques tarifaires des fabricants de cigarettes”, assurent les deux parlementaires dans leur exposé écrit. Mais par oral, leurs explications sont plus fumeuses. “Oui, j’ai discuté avec les cigarettiers et pas que Philip Morris”, assure Charles de Courson, député de la Marne, qui ajoute : “Les lobbys jouent leur rôle”. Son collègue socialiste ne dit pas autre chose, mais avec plus de gêne. “Oui, j’ai reçu une aide extérieure”, reconnaît-il. De Philip Morris? “Peu importe” botte-t-il en touche.

    Leurs amendements sont identiques, au mot et à la virgule près. Son impact n’est pas très clair. Protéger les recettes fiscales du tabac qui baissent de 200 millions cette année est l’objectif fixé. “L’importation de cigarettes pèse 25% du marché” tente de justifier Charles de Courson, répétant la rhétorique de Philip Morris sans pouvoir l’expliquer. “Je ne sais pas pourquoi cela protège les taxes” lâche benoîtement son homologue socialiste, ajoutant qu’il attend “la position du secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert”.

    En réalité, cet amendement télécommandé par Philip Morris vise à contrer la hausse des prix qui doit intervenir au 1er janvier. En limitant la hausse des taxes, le fabricant de Marlboro espère pouvoir maintenir son prix de vente à sept euros. Encore un casse-tête pour le gouvernement.

    Source: http://www.lejdd.fr/Politique/Enfumes-par-Philip-Morris-deux-deputes-deposent-le-meme-amendement-pour-modifier-la-fiscalite-sur-les-cigarettes-694530

    12/06/2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :